Les trois ducats

Publié le par Troupe première Saint-Maurice

Cela se passait il y a bien longtemps, aux portes de la bonne ville de Toulouse en Occitanie. Un soleil radieux illuminait le ciel, faisant chanter les briques de la ville rose, et un cortège haut en couleur faisait son entrée par la grande porte; Le Roi René venant présenter à ses sujets la belle Aude, sa future épouse.

  Le cortège était arrivé sur la Place du Capitole, noire d'un peuple en liesse, lorsque, levant les yeux, la jeune princesse pousse un cri ! Au gibet patibulaire trônant dans un coin de la place, le bourreau s'apprête à passer la corde au cou d'un homme à la pauvre mine, qulque gueux sans doute qui devait bien un jour en arriver là...

- Oh ! supplie la belle Aude, ne peut-on lui faire grâce un jour comme celui-ci ?
- Nous ne le pouvons, Princesse, répondent les capitouls. Il a commis un crime pour lequel il n'y a pas de pardon !
- Mais un tel crime peut-il exister ? N'y a-t-il pas quelque moyen de l'absoudre que je puisse mettre en oeuvre ?
- Princesse, il est prévu par notre loi qu'on peut le racheter moyennant une somme de mille ducats !
- Mais comment ce pauvre hère peut-il réunir une telle somme ! plaide la jeune épousée.

  Elle se tourne alors vers le cortège et ses suivants. De son escarcelle, le roi tire 500 ducats. La reine en sort 200. Les seigneurs fouillent dans leur poches et font tinter les pièces dans l'aumônière: victoire ! 997 ducats !

- Messires, pour 997 ducats, vous allez bien faire grâce ?
- Hélas non Princesse. La loi est la loi... Il manque encore trois ducats...
- Pour trois ducats, vous allez le pendre ! Mais fouillez donc ce pauvre homme, peut-être les a-t-il sur lui ?

Et dans la poche du condamné, on trouve les trois ducats manquants ! Il est sauvé !

  Ainsi au moment ultime, lors du Jugement final, pourrons-nous, pécheurs, implorer la Vierge Marie. Elle sera notre intermédiaire puissante auprès de son Flis et de toute la Cour céleste. Mais rien n'y pourra faire si nous n'avons au fond de notre coeur... trois sous de bonne volonté.

Mystère du Moyen-Âge

Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article